INSCRIPTION
Communauté sur les Reptiles Fossiles, SOMMAIRE :
Localisation dans les actualités :

Lecture de l'actualité :






Les théropodes prennent des couleurs

Parue le 07 Fév 2010 , modifiée le 16 Août 2012 à 10h22.
Vu 2764 fois Catégories : Reptiles Fossiles 0 Créateur : Ferox

Depuis la semaine dernière, les scientifiques sont capables de présenter les vraies couleurs de tout dinosaure à plumes : deux études, l'une sino-britannique et l'autre américaine, ont en effet permis à ces reptiles de retrouver leurs couleurs d'origine. Ces études ont analysé les plumes fossilisées de deux ancêtres des oiseaux différents.

Modifier l'actualité

Cas du Sinosauropteryx

Une équipe de scientifique, composée de chinois et de britanniques, a publié dans la revue Nature datée du Mercredi 27 janvier le premier portrait haut en couleurs du Sinosauropteryx, un théropode à plumes ayant vécu il y a 125 millions d'années.

SinosauropteryxPhoto : Sinosauropteryx était un petit théropode, mesurant de 1 à 1,20 mètre de la tête à la queue, et couvert de plumes très rudimentaires.

Lors de cette étude, Michael Benton, un paléontologue de l'Université de Bristol, et ses collègues ont analysé au microscope les plumes primitives du Sinosauropteryx et les ont comparé à celles d'oiseaux actuels. Ils ont ainsi utilisé des indices microscopiques pour déterminer la couleur de la plume ancestrale. Cette étude s'est basée sur un récent travail des étudiants de l'Université Yale concernant les plumes fossilisées. En 2006, un de ces étudiants, Jakob Vinther, avait découvert à quoi ressemblait une poche d'encre conservé dans le fossile d'un calamar. Analysant ce fossile sous un microscope, il observa que la poche était remplie de toutes petites sphères. Ces sphères étaient identiques aux structures riches en pigments de l'encre de calamar. Ces structures sont appelées des mélanosomes.

M. Vinther savait que ces mélanosomes établissaient les couleurs pour d'autres animaux, y compris pour les plumes d'oiseaux. Lui et ses collègues ont réalisé un examen microscopique de plumes fossilisés d'un oiseau disparu. C'est ainsi qu'ils ont découvert les mêmes mélanosomes de forme allongée que ceux trouvés dans des oiseaux actuels. En analysant la forme et la disposition des mélanosomes fossilisés, ils étaient capables de se procurer des indices pour la couleur initiale. Ils ont ainsi déterminé, par exemple, qu'une plume âgée de 47 millions d'années, avait un noir brillant comme celui des étourneaux aujourd'hui. Dr. Benton fut immédiatement fasciné lorsqu'il lut la recherche de M. Vinther, et se demanda ce que cela donnerait avec les dinosaures.

Depuis le début des années 1970, un nombre croissant de paléontologues soutiennent que les oiseaux sont les descendants des théropodes, un groupe de dinosaures bipèdes. Ces paléontologues avancent en effet que certaines caractéristiques de leur squelette ne se trouvent que chez les oiseaux. En 1996, des paléontologues chinois ont découvert un fossile parfaitement conservé d'un Sinosauropteryx avec quelques plumes primitives fossilisées sur sa tête et son dos. De fait, si cela était vraiment des plumes, pense le Dr Benton, alors elles possédaient des mélanosomes. Lui et ses collègues de Pékin, se sont donc lancés à leurs recherche dans le fossile du Sinosauropteryx. La quête fut brève... puisque comme le dit le Dr. Benton "partout où vous regardez, vous les trouvaient". Ainsi, en analysant un échantillon de la queue du Sinosauropteryx, l'équipe a trouvé des mélanosomes produisant les couleurs rougeâtre et blanche.

La découverte offre aussi des indices sur la place des oiseaux dans la préhistoire. Richard O. Prum, un biologiste évolutionniste de l'Université Yale et un collaborateur de M. Vinther, sont persuadés que les plumes du Sinosauropteryx ont constitué une étape importante dans l'évolution des plumes : "c'est un important progrès pour montrer que le duvet de ces dinosaures, c'est des plumes".

Pourtant, le Dr. Prum et le Pr. Vinther disent que cette étude n'apporte pas assez de détails pour fournir une image pleinement épanouie de l'ensemble des couleurs d'un dinosaure. Effectivement, "un ou deux échantillons n'est pas assez pour réaliser cette image". C'est pourquoi Dr. Prum et M. Vinther ont effectuer le même type de recherches, examinant les mélanosomes d'autres fossiles de dinosaures.

Modifier l'actualité

Cas d'Anchiornis huxleyi

Une équipe de scientifiques, cette fois-ci américaine, a reporté le 4 février dans le journal Science les véritables couleurs de l'Anchiornis huxleyi, un théropode à plumes découvert récemment (voir news : Anchiornis huxleyi : le plus ancien dinosaure à plumes connu à ce jour !). Cette étude porte également sur les mélanosomes de cet animal, mais à l'avantage d'être beaucoup plus précise dans le sens où ces scientifiques savent déterminer précisément la couleur de chaque plume.

Anchiornis huxleyi

L'analyse des mélanosomes conduit par l'équipe de l'Université Yale a permis de déterminer que ce dinosaure arboré généralement un corps gris, une crête rougeâtre, des tâches rousses sur le visage, des plumes blanches sur ses ailes et ses pattes ainsi qu'un noir profond à leurs extrémités.

L'équipe a examiné 29 échantillons de plumes de ce dinosaure et a réalisé une mesure et une localisation exhaustives des plumes. Comme dans l'étude précédente, ils ont ensuite comparé avec les mélanosomes d'oiseaux actuels. Cette technique permet à 90% d'être sûr des couleurs des plumes de l'individu fossile.

Photo : La découverte des mélanosomes dans les plumes d'Anchiornis
huxleyi permet aux paléontologues de retrouver ses couleurs.

Modifier l'actualité

Conclusion

Ces recherches ajoutent de l'importance à la théorie que les dinosaures ont développé des plumes, non pas pour voler, mais pour parader ou se camoufler. De plus, elles fournissent une multitude d'idées colorées dans l'histoire de l'évolution de la plume, des dinosaures aux oiseaux actuels.

Imaginer l'apparence colorée des dinosaures était une expérience palpitante pour tout enfant passionné par ces reptiles. Ce rêve est désormais une réalité...


Quelques actualités de la même catégorie :
Un trou dans le fémur du Centrosaurus apertus, un dinosaure cératopsien. Des trous dans les os suggèrent des dinos actifs
Fossile d'Eupodophis descouensi Eupodophis descouensi, un serpent presque sans pattes
Photo du plus vieux fossile de moustique contenant du sang, trouvé dans la collection d'un entomologiste américain et donné au Musée d'histoire naturelle de Washington.  Photo :  AFP/-Smithsonian Institution Découverte de molécules sanguines dans l'abdomen d'un moustique fossile
Commentaires :
Aucun commentaire pour le moment

Vous ne pouvez pas poster de commentaires sans être connecté.

Inscription ou Connexion

Règles de base pour composer une Actualité :
  • Ecrire une actualité en rapport avec les thèmes de Reptiland
  • Réaliser une actualité de votre cru, ne pas faire de plagiat !
  • Rédiger une actualité dans un français correct (soyez pro!)
  • Composer une actualité intelligente et ayant du contenu
  • Respecter le travail des autres participants à la rédaction
  • Appliquer les conditions générales de reptiland : Le Règlement

- Le non respect des conditions entraînera la suppression de votre actualité.
- Après avoir ajouté votre écrit, il doit être validé par un administrateur.
Licence Creative Commons
Reptiland.net est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.