INSCRIPTION
Communauté sur les Reptiles Actuels, SOMMAIRE :
Localisation dans les actualités :

Lecture de l'actualité :






Sphénodon : la mastication ne serait pas réservée aux mammifères !

Parue le 03 Juin 2012 , modifiée le 28 Juin 2012 à 13h06.
Vu 4167 fois Catégories : Reptiles Fossiles, Reptiles actuels 1 Créateur : Eltes
Le reptile emblématique de Nouvelle Zélande nous montre que la mastication ne serait pas réservée aux mammifères. En effet, le Tuatara,  reptile incontournable de Nouvelle Zélande, mâche ses aliments d’une manière qui n’est semblable à aucun autre animal sur la planète défiant ainsi l’opinion générale qui établit un lien étroit entre la mastication complexe et un métabolisme élevé.
Modifier l'actualité

Une technique de mastication élaborée

Sphénodon mâle d'une trentaine d'années sur une pierreImage : Sphénodon mâle d'une trentaine d'années. 

En utilisant une modélisation informatique sophistiquée, les scientifiques de l’ULC (London’s Global University) et de l’université de Hull ont démontré comment le tuatara était capable de trancher sa nourriture comme un « couteau à steak ». La technique complexe de mastication du tuatara soulève des doutes sur le lien supposé entre la mastication et le métabolisme élevé des mammifères.

Le Tuatara de Nouvelle Zélande (ou Sphénodon), reptile possédant des ressemblances avec les lézards quoique n’appartenant pas à cette famille, est le seul survivant d’un groupe qui était mondialement répandu  au temps des dinosaures. Il vit actuellement sur 35 iles dispersées autours des côtes de Nouvelle Zélande et a été récemment réintroduit sur le continent. Son régime alimentaire est constitué de scarabées (coléoptères), d’araignées, de grillons, de petits lézards et occasionnellement d’oiseaux de mer.

Sphénodon sur herbes sèches et sous fougèresDans un article publié dans The Anatomical Record, les scientifiques décrivent les mâchoires hautement spécialisées du tuatara. Lorsque les reptiles mâchent, leur mâchoire inférieure se ferme sur deux rangées de dents supérieures. Une fois fermée, celle-ci glisse vers l’avant de quelques millimètres de façon à couper la nourriture en fines tranches, la sciant en morceaux entre leurs dents.


 

L’auteur principal, le Dr Marc Jones travaillant à l’ULC, en biologie cellulaire et du développement, a déclaré :

Certains reptiles, comme les serpents, sont capables d’avaler complètement leur nourriture mais beaucoup d’autre la déchiquète en lui faisant subir des morsures répétées avant de l’avaler. Le tuatara quant à lui coupe en tranche sa nourriture, un peu comme avec un couteau à steak. […] Parce que les mammifères présentent la forme la plus sophistiquée de mastication, cette dernière a été liée à un métabolisme poussé. Cependant le tuatara mâche sa nourriture d’une façon relativement complexe mais son métabolisme n’est pas plus développé que celui des autres reptiles possédant les capacités orales de transformation des aliments plus simples. Par conséquent, c’est la relation établie entre la transformation importante des aliments et le métabolisme poussé qui a peut-être été surestimée.

Le rapport d’équipe montre que la forme de l’articulation de la mâchoire permettant le glissement mais aussi la rotation de celle-ci autour de leur axe long rend l’action de cisaillement plus efficace. Il montre aussi que les mâchoires inférieures gauche et droite ne sont pas soudées à l’avant comme elles le sont chez l’homme.

Modifier l'actualité

... qui permet de diversifier son régime alimentaire 

Le tuatara est un exemple illustrant l’apparition d’une spécialisation du mécanisme d’alimentation permettant à l’animal d’étendre son régime alimentaire.
Le docteur Jones a déclaré :

Les mâchoires tranchantes du tuatara lui permet de manger une grande variété de proie dont des scarabées (coléoptères), des araignées, des grillons et des petits lézards. Il y a également eu des oiseaux de mer retrouvés décapités suite à l’attaque de tuataras.

Bien que la manière de mâcher du tuatara est peu commune aujourd’hui, il existe des fossiles en Europe et au Mexique qui nous montre qu’au temps des dinosaures (il y a environ  160 millions d’années), certaines espèces apparentées aux tuataras avaient adopté un mécanisme de mastication similaire qui était alors beaucoup plus répandu.

La modélisation informatique, ayant été mis au point par l’équipe de l’université de Hull permet d’étudier sous tous ses angles des structures complexes en 3D. Ce qui donne aux scientifiques un nouvel outil leur permettant d’enquêter sur l’évolution et la biodiversité des reptiles.

Co-auteur, le Dr Neil Curtis du département des ingénieurs de l’université de Hull a dit :

Nous avons développé ce modèle virtuel en utilisant un logiciel qui est souvent utilisé dans l’analyse de systèmes complexes d’ingénierie. C’est le modèle musculo-squelettique d’un crâne le plus détaillé existant. Il nous prouve l’énorme potentiel de ce type de modélisation informatique en biologie […] Il nous permet d’étudier les mouvements intracrâniens qui seraient impossible à visualiser dans un animal vivant sans utiliser les rayons-X, nuisibles et donc à exclure pour l’étude d’espèces protégées comme le tuatara.

L’adaptation du mécanisme et donc du régime alimentaire du tuatara est une des raisons de sa survie depuis le temps des dinosaures jusqu’à aujourd’hui, ont expliqué les auteurs sur la BBC. D’après le Dr Marc Jones, le sphénodon change son régime alimentaire en fonction des rythmes saisonniers. C’est ainsi qu’il s’attaque plus souvent aux poussins d’oiseaux de mer, voire aux adultes durant l'été.

Modifier l'actualité

Informations supplémentaires 

Voir l'article associé : Le sphénodon ponctué - Sphénodon punctatus


Quelques actualités de la même catégorie :
Testudo lunellensis Le fossile de tortue trouvé dans le parc Güell remet en question la classification des espèces
Reconstitution d’Eunotosaurus africanus Comment les tortues ont-elles acquis leur carapace ?
Commentaires :
Page : 1

[avatar]
Hors ligne Hors ligne
Par Ferox, le 03 Juin 2012 à 22:53 :

News agréable à lire et qui montre une nouvelle fois que le sphénodon, de par ses nombreuses particularités, est un reptile fascinant à étudier. Merci Eltes !

Page : 1

Vous ne pouvez pas poster de commentaires sans être connecté.

Inscription ou Connexion

Règles de base pour composer une Actualité :
  • Ecrire une actualité en rapport avec les thèmes de Reptiland
  • Réaliser une actualité de votre cru, ne pas faire de plagiat !
  • Rédiger une actualité dans un français correct (soyez pro!)
  • Composer une actualité intelligente et ayant du contenu
  • Respecter le travail des autres participants à la rédaction
  • Appliquer les conditions générales de reptiland : Le Règlement

- Le non respect des conditions entraînera la suppression de votre actualité.
- Après avoir ajouté votre écrit, il doit être validé par un administrateur.
Licence Creative Commons
Reptiland.net est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.